En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

Projets pédagogiques

Les 6°2 et 3 sur la scène du théâtre Jean Bart à Saint Marc dans le cadre de "je lis du théâtre" !

Par STEPHANIE MOUGARD, publié le lundi 13 novembre 2017 09:13 - Mis à jour le lundi 11 juin 2018 00:44
DSC08385.JPG
Le jeudi 31 mai après-midi Les élèves de Madame Mougard étaient sur la scène du théâtre Jean Bart pour la lecture d'un extrait de leur coup de coeur et de leur argumentaire !

Jeudi 31 mai 2018 : ça y est, l'heure du passage sur scène est arrivé ! Les élèves de 6°2 & 3 ne peuvent plus faire marche arrière ... Ils doivent mener à terme le projet "Je lis du Théâtre ! 

Ils ont élu leur coup de coeur : pour les 6°2 : "Quelques minutes de silence" de Philippe Gualtier et pour les 6°3 : "Les séparables" de Fabrice Melquiot. Le comédien d'Athénor, Frédéric Bechet, est revenu au collège pour les aider à mettre en voix un extrait de leur coup de coeur. Ils ont écrit une argumentaire pour justifier leur choix et après une semaine de répétition avec leur professeur de français, ils sont arrivés prêts sur la scène du Théâtre Jean Bart à Saint Marc, sous les feux de la rampe ... Ils ont surmonté le trac qui les tenait au ventre et ils ont brillamment tenu le coup. Quelques erreurs de textes pour les comédiens en herbe, puis la machine est lancée et tout revient en mémoire : le texte, la mise en scène, le jeu d'acteur. Les 6°2 ont fini en beauté avec une improvisation dansée sur scène pour clôturer l'après-midi qui avait réuni 7 classes de 6°, 5° et 4° de collèges de Loire-Atlantique."

 

 

Leprojet "Je lis du théâtre", mené en partenariat avec le Théâtre Athénor, permet aux élèves de 6° 2 & 3 de découvrir 7 pièces de théâtre contemporain d'auteurs vivants, de rencontrer un auteur et de lire du théâtre sur scène devant un public au Théâtre Jean Bart à Saint Marc. Mercredi 8 novembre, Frédéric Bechet, comédien nazairien, est venu procéder à l'ouverture de la valise. Les élèves ont participé à la lecture à voix haute d'extraits des pièces.

Les 7 livres vont passer entre les mains de tous les élèves qui voteront pour leur "coup de coeur" en mars avant de préparer une mise en voix et un argumentaire qu'ils présenteront au théâtre Jean Bart en MAI.

Les élèves vont tenir un journal culturel dans lequel ils noteront en toute liberté leurs avis sur leurs lectures. Voici un extrait de l'un d'entre eux : article de journal écrit pour raconter la rencontre avec Frédéric Bechet.

Madame Mougard, enseignante de français des 2 classes concernées.

 

 

 

Mercredi 31 janvier nos artistes en herbe ont rencontré un des auteurs de la sélection, l'auteur de "l'enfant cachée dans l'encrier"

Pour l'accueillir et le remercier de se déplacer, les élèves lui avaient préparé une mise en voix théâtralisée d'un passage du texte, sous la houlette bienveillante de leur enseignante de français, Madame Mougard.

Une belle prestation qui restera dans les mémoires !

Merci Monsieur Jouanneau. Après vous avoir rencontré nous comprenons que votre lettre préférée soit le K car nous rejoignons votre mère qui disait que vous en êtes un sacré, cas !

Madame Miottini, enseignante documentaliste.

 

 

Découvrez les textes que les élèves ont rédigé en cours de français à la suite de cette rencontre !

Greg 6°2:

 

« Bonjour à tous et bienvenus sur Radio Norange ! Aujourd’hui, mercredi 31 janvier 218, vous êtes en direct du CDI et en compagnie de Greg et des élèves de 6°2 et de 6°3 qui rencontrent Joël Jouanneau, l’auteur de « L’enfant caché dans l’encrier ». Il nous raconte sa vie. M. Jouanneau s’il vous plait, pouvez-vous nous raconter tout ça ?

 

- Quand j’étais petit ma mère voulait me gifler et elle disait toujours que j’étais un vrai cas, alors ma lettre préférée c’est le K ! J’ai vécu à la campagne où j’ai vu un poulain sortir de la jument. J’ai été envoyé à cause de mes poumons en Auvergne où je me suis beaucoup ennuyé. Un jour j’ai vu un garçon frapper un cheval et le cheval, du coup, lui a arraché l’oreille ! Et ce n’est pas tout… Un jour, quand j’étais journaliste et que j’étais à Gaza et en Palestine, j’ai été surveillé par un enfant qui avait une arme. Un enfant soldat.

 

Merci beaucoup M. Jouanneau pour ces anecdotes incroyables. En tous cas, moi, j’ai tout aimé dans cette rencontre. Je n’ai rien détesté ! Au revoir et à bientôt, Greg ! »

 

 

Gül : « Il a dit qu’il ne doit pas y avoir de FRONTIERES mais que les enfants ils doivent « boxer la vie ». Et aussi il nous DIRE son petit secret : les noms des ses personnages VENIR de son nom et prénom !!! ELLJ = Joël + le « J » de Jouanneau et ANNJ = jouANNeau + J »

 

 

Un élève de 6°2: M. Jouanneau il ne veut pas d’enfant car il ne veut pas être responsable d’un enfant. Lui il est amoureux de l’écriture. Il aime travailler dans le silence. Il trouve l’inspiration dans son enfance.

 

Yanis 6°2 : Ce que j’ai le plus aimé, c’est l’histoire de sa première gifle. C’être un moment particulier car j’avoir mon texte dédicacé. Ça être le meilleur jour de ma vie. J’être trop content de s’être rencontré. Ses blagues être drôles. Il avoir 72 ans et avoir être prisonnier d’un enfant avec un fusil.

 

Raïma 6°2 : « Pour lui, les parents ne possèdent pas les enfants. Les mères disent toujours : « J’ai deux enfants. » Mais lui il leur répond que non mais qu’elles sont responsables de deux enfants.

 

Anny-Lee 6°2 : « J’ai bien les histoires de Joël Jouanneau et la surprise des 6°3 c’était peut-être pas parfait mais au moins ils ont fait quelque chose et Joël Jouanneau a aimé. »

 

Esra 6°3 : « Ce qui m’a le plus marqué c’est son accueil, son côté sympathique et qu’il est présent. Ce n’est pas comme les autres auteurs que j’ai rencontré, quand il nous regardait, il avait les yeux qui brillaient. »

 

Lenna 6°3 : Ce qui m’a le plus touché c’est quand il était journaliste, il est parti au Moyen-Orient. Il a rencontré un jeune garçon qui devait le garder pendant une heure. Il avait une arme à la main. A chaque fois qu’il écrit un livre, il y a toujours ce petit garçon dans le coin de sa tête.

 

Alya 6°3 : Ce qui m’a le plus plu c’est la façon qu’il raconte ses histoires. Aussi, il nous apprenait des choses sérieuses sans être trop sérieux.

 

Junior : Ce qui m’a le plus plu, c’est qu’on a fait la pièce devant l’auteur Joël Jouanneau.

 

Younès : Ce qui m’a plu c’est quand il a lu le texte de la gifle très vite et il a imité l’enfant qui faisait des bêtises et il a même mis son doigt dans le nez. C’était marrant et agréable. Il était gentil et accueillant. Sa vitesse nous a permis d’apprendre de nouvelles choses.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pièces jointes

À télécharger

 / 1